Meli-melo

J’avais craqué pour un modèle paru dans « La maison Victor » septembre-octobre 2015 et qui s’appelle LOLA.

Au même moment la maison Louis Antoinette offrait, le temps d’un concours, un patron de robe « La Parisienne ».

Toutes les deux me plaisaient mais je ne pensais pas du tout que je serais condamnée à utiliser les deux patrons en même temps. Je vous raconte donc ma petite histoire.

J’avais recopié le patron de la robe Lola il y a un moment déjà, chez ma fille qui possédait ce fameux « La maison Victor ». J’ai fait ce relevé  avec difficulté, comme à chaque fois que j’utilise les patrons de ce magazine ou de ceux d’ottobre. Ce travail me demande une énorme concentration. Je ne trouve pas ces planches si claires et je regrette qu’à la suite de Burda il n’y ai pas eu de réel progrès à ce niveau-là.  Mais c’est mon avis et je ne prétends pas avoir forcément raison. Une chose est sûre, je m’arrache les yeux et les cheveux à chaque fois de peur de faire une erreur, de passer d’une taille à l’autre ou d’oublier un trait important.

Et c’est ce qui s’est passé avec la robe LOLA. Une fois ma robe coupée et épinglée, j’ai vu qu’il y avait un problème au niveau de la jupe. Et comme je suis une vraie flemmarde et ne fais jamais de toile préalable, il me fallait donc trouver moyen d’arranger la chose.

C’est là que j’ai pensé à la robe « La parisienne ». J’ai pris la partie jupe de ce patron et l’ai ajouté au haut de l’autre modèle. Quelques ajustements plus tard, la robe prenait forme.

Je pense toutefois que la robe LOLA mériterait d’être faite en tissu extensible. Elle serait plus confortable. Je ne suis pas sûre qu’un tissu lourd comme celui proposé par le magazine, soit le plus judicieux.

Voilà mon aventure couturesque!

DSC_0709  DSC_0707

DSC_0708

unnamed-1   unnamed

unnamed-4   unnamed-5

Bon début de semaine à vous toutes!

Marie-Claire

Il est revenu

Il est revenu le Carnaval et pour ceux et celles qui ne connaissent pas vraiment cette fête je vous propose un petit  historique.

Carnaval est une ancienne fête très importante qui se déroule la veille du carême.  Le carême dure quarante jours avant Pâques. A l’époque, les catholiques devaient réduire leur consommation de nourriture,  renoncer à l’alcool et à tous les événements festifs. Les gens profitaient donc de s’amuser avant ces semaines marquées par l’effort.

Carnaval est resté vivace dans tous les cantons suisses qui, à l’époque,  n’avaient pas adopté la Réforme. A une exception: Bâle. Malgré son passage au protestantisme, le canton a maintenu cette tradition. Le carnaval de Bâle est le plus important de Suisse. Il commence le lundi suivant le mercredi des Cendres ( jour qui marque le début du carême) à 4 h du matin avec le Morgestraich, un défilé de lanternes.

Unknown  300px-Morgestraich_Basler_Fasnacht_2013

Les festivités durent exactement 72 heures et se terminent le jeudi à 4 h. Des cliques déambulent dans les rues de la ville, envahissent les pintes et les commerces. Les fifres et tambours résonnent partout et une foule énorme venue des quatre coins du pays participent à la fête.

Le carnaval de Bâle est la plus grande fête populaire de Suisse.  15’000 à 20’000 bâlois sont costumés.

Chez nous, le carnaval est plus modeste mais non moins festif. Dans ma région il commence par le rai tai tai qui a lieu au petit matin du jour de carnaval. Les jeunes des villages déambulent dans les rues, sur un char, avec des instruments très bruyants. A l’époque, c’était des chaudrons, des casseroles, des couvercles des marmites, des cloches fêlées.  Il n’y a pas de rythme au rai tai tai. Le but est de faire le plus de bruit possible. Les participants font également des farces aux habitants de leur localité, en leur déplaçant les volets à l’autre bout du village ou en mettant une grosse pile de bois derrière leur porte…

JPEG0168dd31[1]

L’après-midi de carnaval est consacré aux enfants. Un défilé est organisé dan les villages suivi d’un goûter. Les petits et les plus grands se déguisent et se griment pour leur plus grand plaisir.

Mes petits chéris ont, une fois de plus participé à cette fête. Et comme d’habitude j’ai eu le plaisir de faire quelques costumes pour l’occasion.  Laura souhaitait endosser le rôle de Rey, l’héroïne de Star Wars épisode VII ! Rey, c’est elle:

Rey2-Fathead-450x557

J’ai donc glâné quelques patrons ici ou là et ai confectionné des manchons, un pantalon court et une sorte de cagoule. La maman de Laura possédait une écharpe très longue qui faisait très bien l’affaire. Quant à la ceinture double, je l’ai fabriquée avec un morceau de cuir tiré de mes réserves.

Voilà le résultat:

Capture d’écran 2016-03-22 à 10.02.30

Quentin a récupéré le costume de Jedi qu je lui avais fait. Je l’ai complété avec un grand manteau muni d’un capuchon. Voilà le résultat:

carnaval16_1-300x450 Capture d’écran 2016-03-22 à 10.03.15  Capture d’écran 2016-02-27 à 23.12.14

Robin avait pensé remettre son costume de poisson qui avait eu grand succès les années dernières.

Rappelez-vous:

IMG_2765-1024x768

Mais moi j’avais envie de lui faire un autre costume plus adapté à son âge actuel. J’ai choisi de lui faire un chat-tigre. Le patron est issu d’un très ancien magazine. J’ai poussé le détail jusqu’à faire des griffes, réalisées dans du papier fort, que j’ai cousues dans les pattes-gants. Vous les voyez?

DSC_0635 DSC_0629

DSC_0630 DSC_0639

Le costume de Robin a eu grand succès. Il a même passé dans la presse le lendemain!

Bonne semaine à toutes

Marie-Claire

Des tissus magnifiques

Quand nous étions allées, Pauline et moi,  au salon Art et Création à Paris ( en 2013), nous avions craqué devant les magnifiques jerseys colorés exposés. Je ne sais plus le nom de la marque de ces tissus mais j’ai souvenir qu’ils étaient fabriqués dans un pays nordique. J’en vais acheté 2 fois 1 mètre dans des couleurs et des motifs différents sans savoir encore ce que j’allais en faire. Rangés soigneusement dans l’armoire, ils ont attendu longtemps avant que je m’en serve, tant j’avais la trouille de me rater.

Il y a quelques semaines, admirant mes deux petits loulous si craquants j’ai pris mon courage à deux mains et ai décidé de leur confectionner un habit. C’est dans le magazine « OTTOBRE » hiver 2013   que j’ai trouvé un patron de pull pour Malo et une robe pour Céleste.

Encore et toujours en bisbille avec ma surjetteuse, j’ai pris ma fidèle Bernina, installé le pied de biche spécial pour points stretch, changé l’aiguille et opté pour le point élastique qui me paraissait le mieux adapté.  Et j’ai démarré mon travail.

Je dois dire que la réalisation de tels vêtements est rapide: surjet et couture se font en une fois.

Pour le pull de Malo j’ai fait quelques modifications qui se sont avérées être… inutiles! Parce que, le problème que j’ai à chaque fois que je couds pour mes petits-enfants, c’est qu’ils ne sont pas à proximité et que, donc, je ne peux pas vérifier sur eux si ça convient ou pas. Du coup, jugeant l’encolure du pull trop petite j’ai fait une ouverture dans le dos et brodé au point de feston 3 boutonnières sur l’un des côté. Travail de trop puisque Malo aurait passé la tête sans problème!

DSC_0232

Dans le même ordre d’idée, si Malo avait été près de moi, j’aurais opté pour une taille supérieure. Je le trouve un peu juste en largeur. Heureusement le tissu est élastique!

J’ai personnalisé ce pull en y appliquant des lettres cousues à la machine. Dans un tissu uni j’ai formé le mot MALO. Or, malgré le boulot important que ça demande, je trouve que le résultat n’est pas fameux. Qu’en pensez-vous?

DSC_0220

DSC_0229

J’ai fait des manches plus longues que celles du patron. Tout simplement parce que je les aime bien ainsi et qu’en plus, ça permet de les retrousser. Je trouve ça plutôt joli.

Regardez comme il chou mon petit chéri:

IMG_7293-e1448142661330                       IMG_7292-e1448142687595

DSC_0225                       DSC_0224

Passons à la robe de Céleste.

Pas de difficultés particulières. Je n’aime pas particulièrement faire des fronces, je trouve que ce n’est pas facile d’en faire de jolies, bien réparties, ni trop lâches ni trop serrées. Mais bon, je n’avais pas le choix et au final ça donne pas mal. En tout cas Céleste semble apprécier son nouveau vêtement!

DSC_0241                 DSC_0234

DSC_0240

DSC_0246

DSC_0248

Bonne semaine à toutes et à tous!

Marie-Claire

 

Pom pom pom

J’ai failli oublier de vous en parler de ceux-là! Les fameux et traditionnels bonnets à pompons ont refait leur apparition cet hiver. D’une simplicité déconcertante à réaliser, ils font à chaque fois fureur en raison de leur allure rigolote.  Je résume: 2 rectangles en tricot jersey ( une aiguille à l’endroit une aiguille à l’envers), coupés ou non par des rayures contrastantes, 2 pompons et le tour est joué! Ma seule contrainte: prendre du fil synthétique ou un mélange. Dans notre famille, on ne supporte pas la laine! Porter des pulls, des gants ou des couvre-chef en laine est un vrai supplice. C’est bien dommage mais c’est ainsi. Je précise que je tricote « à la suisse » car c’est ainsi que j’ai appris. Je trouve que cette méthode est plus rapide car on effectue moins de gestes. Voilà.

C’est parti pour la balade avec Robin, Malo et Céleste.

DSC_0089 DSC_0091

DSC_0085      DSC_0100
DSC_0103

 

DSC_0107   DSC_0094

DSC_0093  DSC_0106

Bonne fin de semaine à toutes et à tous!

Marie-Claire

Je vous ai menti

Oui, je ne vous ai pas dit la vérité quand je vous ai parlé de ma robe « L’aristo » dans mon dernier article. En fait non, elle n’est pas toute noire! Pour tout vous dire, au moment où j’écrivais, je ne me rappelais plus que j’avais mis un tissu contrastant sur mon jersey!

Vous voulez la preuve? La voilà:

    DSC_0610 DSC_0613

DSC_0616 DSC_0612

Vous avez vu? Regardez bien! Les bavolets sont bordés de biais. Et les manches? Vous les avez bien observé ces manches? Si si regardez elles ne sont pas toutes noires! Bon, les poches, vous ne pouvez pas deviner que l’intérieur est en tissu coton. Mais vous pouvez me croire, je ne vous mens pas.

Voilà, j’ai rétabli la vérité et je vous promets que je ne vous mentirez plus jamais.

Bon jeudi à toutes les bricoleuses et couturières

Marie-Claire

 

Comme promis

Je vous avais parlé dans  mon dernier article intitulé « Des cousines en or »de la robe que j’avais faite avec le patron de  « La jolie girafe ». J’avais promis de vous en parler plus tard.

Mais je ne vous avais pas précisé que je portais déjà la fameuse robe le soir de Noël. Et pour le gag, je lui avais aussi mis du tissu or.  Bon c’est vrai, on la voit mal sur cette photo.

noel15cg_03

En fait j’avais utilisé le fameux tissu or pour border les poches et les bavolets ( petite modification du patron).

DSC_0579

 

DSC_0572

Mais les fêtes de Noël passées, je ne me voyais pas porter cette robe si brillante pour aller à la Migros. J’ai donc enlevé le tissu en or pour ne garder qu’une robe noire, toute simple.

Le patron de cette tunique ou robe s’appelle « L’aristo ». La girafe propose ce faire ce modèle avec des parties en  tissu contrastant.  Après l’expérience de l’or je n’avais plus qu’un envie: faire quelque chose d’uni.

Les patrons de La jolie girafe sont originaux. Ils ont tous une particularité, un petit plus qui fait toute la différence.

Je suis sûre que je n’en resterai pas à l’Aristo.

Bonne semaine

Marie-Claire

Des cousines en or

L’histoire a commencé comme ça.

Alors que Laura fouillait dans mes tissus, elle en a déniché un de couleur jaune or. Je suppose que je l’avais acheté chez tissus-net il y a un certain moment déjà dans l’idée de faire un habit de carnaval.

« Waou! Trop beau! », me dit-elle en ajoutant  » tu pourrais me faire une jupe! »

Les jours ont passé.

En décembre, j’ai craqué pour le patron  de la robe l’Aristo de « la jolie girafe », que j’ai réalisée dans un beau jersey noir. (oui, oui, je vous en parlerai!). A la fin du travail il me restait pas mal de tissu, en tout cas suffisamment pour faire un vêtement d’enfant.

C’est à ce moment-là que l’idée a jailli : faire une robe identique à mes deux-petites filles! Le haut serait en jersey noir et le bas en tissu doré.

Je me suis mise fébrilement au boulot et j’ai coupé mes hauts avec le patron TROP-TOP d’Ivanne.S. Je savais que je n’aurais aucun problème avec ce patron, tant son auteur est une vraie professionnelle. J’ai coupé une taille 10 ans pour Laura, la grande et une taille 2 ans pour Céleste, la petite. Comme le jersey est élastique je n’ai pas prévu d’ouverture dans le dos. J’ai bien fait car la robe s’enfile sans problème. Ce détail m’a facilité le travail.

J’ai fait des manches longues, vu que j’avais assez de tissu et qu’en hiver on les apprécie. Pour faire un rappel avec le bas de la robe j’ai ajouté une découpe triangulaire à hauteur d’épaule. Comme ça:

 

 

IMG_2198

La parementure de l’encolure est bordé d’un biais. C’est encore une idée d’Ivanne, spécialiste de ces petits détails qui font toute la différence. J’y ai inséré une étiquette, avec un motif d’oiseau « maison » dessiné et imprimé par mes soins.

                           IMG_2199   IMG_2191

IMG_2195

Le bas de la robe était facile à faire mais nécessitait beaucoup de tissu. Or je n’en avais pas des tonnes. J’ai donc dû faire bien attention. J’ai coupé deux rectangles que j’ai froncé à la taille et cousu au haut de la robe.  L’ourlet, bordé d’un biais lui aussi, a été fait à la main, car, après essai,  je ne le trouvais pas joli avec une couture à la machine.

            IMG_2194                                              IMG_2192

Au soir du 24 décembre mes petites chéries étaient magnifiques et leurs robes rivalisaient avec la brillance des décorations de Noël. Céleste était tout particulièrement étonnée de constater que sa cousine avait la même robe qu’elle!

                                          DSC_0593  DSC_0602

DSC_0588

                                                                      noel15cg_03

Bonne semaine à toutes et à tous!

 

Les cartes de bonne année

La plupart du temps je réalise moi-même les cartes que je souhaite envoyer à ma famille ou à mes amis. Il arrive quand même qu’en raison d’un manque de temps je doive me contenter de celles du commerce.

Oui, vous l’aurez compris, je suis de celle qui écrit encore à la main. Pas toujours, c’est sûr, mais il est des circonstances pour lesquelles je ne déroge pas à cette tradition. Au siècle des ordinateurs je sais bien que c’est un peu vieux jeu. Mais que voulez-vous on ne se refait pas.

Un anniversaire, un mariage, un deuil ou encore le passage à l’an nouveau sont des événements pour lesquels je prends le temps d’écrire aux personnes qui me sont très chères.

Pour cette année j’ai utilisé l’image du vol de l’oiseau.

Voilà les cartes que j’ai faites:

IMG_2229

IMG_2216 IMG_2233

IMG_2235   IMG_2215

Bon vent pour 2016 

à vous toutes et tous!

coudre du jersey

Ça y est, je me suis lancée! J’ai osé coudre quelques vêtements en jersey. Je n’osais même pas envisager m’y mettre un jour, tant je pensais que c’était hors de portée de mes compétences de couturière.

En naviguant avec Pauline sur le site de tissus-net, j’ai vu de nombreux tissus élastiques qui me faisaient de l’oeil. Des jersey fins à motifs, d’autres plus épais et unis, des gris et des noirs de ceux qui font des pulls et des robes confortables.

Je m’étais déjà laissée tenter au salon création et savoir-faire de Paris, en 2013.  J’avais acheté un tissu jersey gris bien doux et bien épais, d’autres de couleurs jaunes et roses chez France Stella et deux magnifiques « nordiques », vous savez de ceux qui ont des motifs très colorés. Mais jusqu’à aujourd’hui, je me contentais de les regarder et de repousser le moment où je me déciderais à les utiliser.

Je possède une machine à coudre de marque BERNINA. Je suis donc équipée pour coudre du tissu élastique. J’ai donc testé ses capacités en me cousant une robe dans un jersey gris à petits motifs noirs en viscose-polyester de chez tissus.net. Le patron est tiré d’un modèle Burda de août 2012 que j’avais déjà décalqué pour en faire un « haut » mais qui peut être aussi une robe.

Pas de problèmes, ni pour couper le tissu ni pour le coudre. J’ai veillé à utiliser une aiguille spéciale jersey,  le pied de biche qui permet de faire des coutures élastiques et un point spécial.

Pour terminer, j’ai fait un ourlet avec l’aiguille double pour jersey. je trouve que ça donne une finition soignée.

 

La voilà:

IMG_7448

et encore là:

IMG_7452

IMG_7451

( Avez-vous vu le soleil de chez nous en décembre?)

Ma première expérience de couture jersey me donne vraiment envie de continuer. Je vous promets d’autres réalisations.

Bonne semaine à vous toutes!

Marie-Claire

 

L’avant et l’après

Ce message arrive tardivement.  J’hésitais à parler des tueries de Paris. Finalement j’ai décidé de vous montrer ce que j’avais écris en ce jour funeste du 13 novembre.

Aujourd’hui, un autre monde est né. Jamais encore on avait vu ça.  Aujourd’hui 13 novembre 215, des fous ont massacré des gens à Paris. Ils ne supportent pas nos libertés. Ils massacrent pour  la musique et tous les autres arts que nous aimons, pour nos rencontres amicales, pour nos moments passés à dialoguer et à aimer, pour notre liberté de croire et de ne pas croire, pour tout cela et pour tout ce que qui fait notre culture européenne.

Je ne leur ferai pas le plaisir d’avoir peur.  Je continue de vivre comme je l’entends. Librement.

Hier j’étais Charlie

Aujourd’hui je suis Paris

 

Marie-Claire