Une écurie pour Laura

Laura a une passion: les chevaux Schleich. Vous connaissez sûrement cette marque qui fabrique des animaux en format réduit dans une matière qui s’apparente à un plastique dure. Je dois reconnaître que la plupart sont bien imités et question solidité ils sont imbattables.

Cette passion soudaine a un prénom: Marie. C’est la nouvelle amie de Laura qui est une passionnée des chevaux Schleich. Elle en possède beaucoup, de toutes races et de toutes tailles. Mais elle possède aussi la ferme, le manège, l’hippodrome, les couvertures…enfin bref, tout ce qu’il faut pour faire le bonheur des chevaux!

Si Laura a assez rapidement reçu ou acheté des chevaux ( qui ne sont pas trop chers), elle ne possédait ni ferme, ni écurie ou autre matériel complémentaire.

J’ai eu donc l’idée de lui fabriquer une écurie selon les modèles trouvés sur Internet. Je l’ai construite avec du matériel de récupération tel que lattes de bois de parquet. J’ai utilisé ma scie à chantourner pour découper toutes les parties de l’habitat. J’ai râlé, ronchonné et tapé du pied  en constatant qu’il me manquait plein de techniques de base faute à une époque qui obligeait les filles à tricoter des chaussettes plutôt que d’apprendre le travail sur bois comme y avait droit les garçons!

La voilà terminée cette écurie. Pas parfaite, loin s’en faut, mais que j’ai eu tellement de plaisir à fabriquer!

 

Les détails   

img_2846

L’entrée

img_2848  img_2851

Le boxe des chevaux

img_2850    img_2849

        img_2847

img_2845-1

La construction terminée!

Bonne fin de semaine!

Marie-Claire

Ouh la la!

J’ai retard fou avec le blog. Mais rassurez-vous je vous parlerai de tout tout tout. Dans l’ordre voici la liste de mes dernières réalisations:

° Une écurie-manège  en bois pour y mettre les chevaux « Schlech »  de Laura

° Une jupe Burda pour moi

° Une robe dont le patron est issu du livre  » Vestiaire scandinave »

° Un costume de sorcière pout la petite copine de Robin

° Un vêtement d’aigle dont le bec est en papier mâché pour Robin

° Un masque de citrouille pour Enzo

On dirait pas, hein, mais j’ai bien travaillé!

Aujourd’hui je vous parle de ma jupe. Le patron est issu d’un magazine Burda-Facile que je ne possède plus mais dont j’ai conservé le patron. Je devrais d’ailleurs dire: LES patrons. Car sur la planche on trouve des tuniques, des robes et une jupe. Voyez plutôt:

img_2843

J’avais déjà réalisé la robe 3E et j’avais trouvé le modèle très intéressant. Du coup, j’ai fait le modèle de la jupe courte.

Le tissu vient de chez Anna K Bazar. Il date de 2-3 ans mais j’hésitais à l’utiliser tellement je le trouvais beau et tellement j’avais peur de me rater.  Assez épais et ne nécessitant donc pas de doublure, en coton avec des motifs graphiques, ce tissu est une petite merveille à travailler.

Pas de problème avec le patron, les explications sont claires si on connaît le style Burda.

La jupe a deux plis sur chaque moitié du devant, une fermeture éclair au dos et une ceinture cousue. J’ai renoncé à cette dernière et fait simplement une parementure. L’ourlet est cousu à a machine. C’est plus rapide et ça se justifiait avec ce modèle et ce genre de tissu.

Voyez les détails:

img_2002  img_2001

Les plis (qu’on ne voit pas!)                                                            La poche

img_1998  img_1999

La parementure et la fermeture éclair                                        L’ourlet

La jupe portée:

img_1994   img_1995

img_1997    img_1994

Et voilà c’est tout pour aujourd’hui! Rendez-vous pour un prochain article.

Bonne fin de semaine

 

Marie-Claire

 

 

Un bébé, un!

Un joli petit Corentin est arrivé chez la voisine de ma fille. Il a montré le bout de son nez au début du mois de juin pour le plus grand bonheur de Pauline qui sera la marraine.

Je ne pouvais pas manquer de marquer le coup. J’ai donc fabriqué quelques petits vêtements.

Tout d’abord une tunique dont le patron est issu des « Intemporels pour bébé« , toute simple avec, autour de l’encolure, un biais fait-maison réalisé avec le même tissu que le pantalon ( dont je vous parlerez plus bas). Sur le devant de la tunique j’ai brodé un petit texte. Comme ça:

IMG_2614 IMG_2615

IMG_2617

J’ai fait 2 boutonnières dans le dos et cousu des boutons de nacre:

IMG_2616

Voilà pour la tunique.

Je passe au pantalon.

Il y a un moment déjà que je possède le patron « Little Mecano » de Vanessa Pouzet. Je crois l’avoir utilisé une première fois pour faire le pantalon à Robin, il y a quelques années déjà.

J’aime beaucoup ce modèle qui est à la fois pratique et original. La fermeture éclair traverse l’entrejambe et va jusqu’au milieu du dos. C’est bien pensé quand on doit changer bébé.  Les bretelles sont tenues par des boutons.

Ce petit pantalon n’est pas compliqué à faire et il nécessite peu de tissu.  J’ai eu du plaisir à le coudre.

Voici le résultat:

IMG_2619

Le devant

IMG_2620

Le dos

Et l’ensemble terminé!

IMG_2621

Bonne fin de semaine!

Marie-Claire

C’était le temps des coquelicots

Vous rappelez-vous du temps où les pavots étaient en fleurs? C’était il y a quelques semaines. Ils étaient magnifiques et illuminaient toute la pelouse.

IMG_9450  IMG_9449

IMG_9447

Pour perpétuer ce temps j’ai choisi de me faire une jupe dans un tissu décoré de coquelicots! Si Si! Il attendait sagement dans mon armoire depuis un bon moment. Je ne me rappelle plus où je l’ai acheté. C’est un coton tout simple qui allait aller à merveille pour faire un modèle Burda.

Après avoir décalqué le patron j’ai coupé le pièces de la jupe. Facile. Un devant avec deux plis, deux dos, deux poches et une fermeture-éclair. Rien de bien compliqué pour ce modèle qui ressemble à s’y méprendre à la jupe mini de Aime comme Marie.

Voilà le résultat:

IMG_9454  IMG_9452

Bonne semaine à tous!

Marie-Claire

Ce petit haut qui était pour moi

Il vient du salon « Création et savoir-faire » ce petit tissu en coton fin. De couleur ocre avec des motifs très fins en forme de plumes je l’avais trouvé très joli.  Comme j’avais un petit métrage j’ai hésité longtemps sur ce que j’allais en faire. Il m’était précieux ce morceau de tissu. Je me devais de l’utiliser judicieusement.

Ma réflexion a duré …3 ans! Oui vous avez bien lu. Trois années à sortir ce bout de tissu de l’armoire, le déplier, le retourner dans tous les sens, l’admirer puis le reposer soigneusement à sa place.

Puis le grand jour est enfin arrivé. C’était au début de cet été.

Après avoir consulté tous mes livres de couture et feuilleté mes Burda, après avoir évalué ce que je pouvais faire,  j’ai jeté mon dévolu sur une tunique dont le patron est issu d’un livre japonais. Vous dire de quel livre il s’agit m’est impossible. Je ne m’en souviens plus. Mille excuses.

J’ai légèrement modifié le modèle en faisant une ouverture dans le dos et en y ajoutant en bas une bande froncée.

Du coup j’ai dû faire quelques boutonnières (fastoche avec ma Bernina!) et cousu des boutons dorés.

IMG_2613   IMG_2612

Satisfaite du résultat je m’en suis allée toute fière chez ma fille pour lui montrer mon oeuvre. J’ai tout de suite remarqué que ses yeux brillaient. « Je peux l’essayer ? »

Elle lui allait à merveille. Elle était faite pour elle. Je ne pouvais pas lui refuser ça.

Voici Pauline toute jolie dans sa tunique. Photos prises devant le château de Sully-sur-Loire (Ça sent bon les vacances!).

IMG_1077  IMG_1076

IMG_1068  IMG_1072

IMG_1070

Couturier en herbe

Nous avons une chance ici en Suisse. Les enfants ont à l’horaires des leçons non seulement des leçons d’éducations visuelle et de bricolage mais également des leçons appelées Activités Manuelles sur Textiles (ACT). Dès l’âge de 9 ans garçons et filles apprennent le crochet, le tricot et la couture. Cela de manière très ludique et non pas comme avons dû l’apprendre. Je me rappelle que de mon temps, seules les filles devaient apprendre à tricoter des chaussettes et à les repriser, à recouvrir des cintres de brides et de mailles serrées, ou encore  de coudre des chemises de nuit. Que du bonheur pendant que les garçons travaillaient le bois et le métal et produisaient des objets magnifiques.

Les temps ont changé fort heureusement et mai 68 a passé par là. La situation de la femme a évolué et il n’est plus question depuis quelques années de différencier les leçons selon les sexes.

Je disais donc que les enfants d’aujourd’hui ont la chance d’exercer leurs talents en faisant des travaux qui améliorent leur habileté et développent leur imagination.  Ainsi, mes petits-enfants, sont intéressés par tout ce qui touche à la création qu’elle soit picturale, artisanale ou textile.

Dernièrement Enzo a souhaité coude à la machine.  Il m’a expliqué ce qu’il souhaitait réaliser: un petit sac qui se ferme par une fermeture-éclair. Tout un programme!  Ensemble nous avons choisi les tissus et la fermeture-éclair. Enzo utilisait la machine à coudre pour la première fois. J’avais acheté cette machine à bon prix il y a quelques années. Elle m’a bien pendant quelques temps avant que je fasse l’achat d’une BERNINA. Aujourd’hui, elle est prête et installée pour mes petits loulous.

Enzo s’est installé, très motivé. . J’ai posé une caisse en bois pour surélever un peu son pied afin que la pédale soit plus facilement accessible. Et c’est parti! L pose d la fermeture-éclair s’est faite sans problème et il s’est appliqué à faire des coutures bien droites. Il a choisi de coudre une photo de lui sur le devant et de mettre un cordon afin de pouvoir porter le sac sur l’épaule.

Au final le sac est très réussit pour dire que c’est la première réalisation de Enzo. D’ailleurs je voyais bien qu’il était très fier de son travail.

IMG_2475  IMG_2478

IMG_2477

A la prochaine pour de nouvelles coutures!
Marie-Claire

Une jupe comme je les aime

J’avais photocopié depuis un moment déjà le patron gratuit « jupe et top » de RDC. La jupe est de forme « crayon » donc de coupe plutôt étroite.

Le patron est tracé à la main mais ne pose pas de problème pour tout autant. Ce qui en pose toutefois, mais c’est valable pour tous les patrons PDF,  c’est l’assemblage des feuilles qui ne correspondent jamais parfaitement. Il faut donc user de stratégie et faire au mieux.

La jupe est un modèle qui comprend plusieurs parties. Vous avez pu vous en rendre compte en consultant le lien ci-dessus. On peut la réaliser en plusieurs couleurs différentes. Personnellement j’ai choisi de la faire unie. Le tissu vient de tissus.net , un coton-polyester-élasthane d’une qualité extraordinaire. En plus j’aime beaucoup sa couleur prune.

Après avoir coupé et assemblé les différentes parties de la jupe j’ai surpiqué toutes les coutures. Un travail supplémentaire mais qui donne un bel effet.

A part cela rien de spécial à dire sur cette couture. Le modèle est simple à réaliser et j’aime beaucoup le résultat.

Me voilà dans le jardin te devant le miroir:

IMG_9081

IMG_2495  IMG_2498

Je vous le dis: ce modèle de jupe ne sera pas le dernier!

Bonne semaine à toutes les couturières-bricoleuses

 

Marie-Claire

 

pulls aux dessins d’enfants

En parcourant le site de tissus-net j’ai craqué cet hiver pour un tissu très original à motif « dessin d’enfant ». Il y en avait un dans les tons bleus et un dans les tons rouges.

IMG_2521  IMG_2520 (3)

Leur prix était évidemment plus élevé que celui de la plupart des autres tissus mais tant pis je n’avais pas envie de me priver de ce beau jersey dans lequel j’avais déjà envie de coudre des vêtements pour mes chéris et pour d’autres petits enfants.

C’est au mois de mars que j’ai décidé de coudre un pull pour Malo et Robin. Je tenais à faire plaisir au  grand frère en lui faisant le même vêtement qu’au petit.

DSC_0640  DSC_0635

j’ai utilisé le fameux tissu aux tons bleus,  un patron tiré du magazine Ottobre-enfants hiver 2015  et le point jersey de ma machine à coudre

Le modèle était facile. Tout s’est ajusté parfaitement

DSC_0632

 DSC_0633

Pour couper la monotonie des motifs j’ai fait le haut des manches en tissu bleu uni que j’ai matelassé et décoré.

DSC_0636

Le bord de l’encolure a été réalisé dans le même tissu que le pull.

DSC_0646  DSC_0644

Voilà deux frères, un grand et un petit, qui portent les mêmes vêtements, c’est super!

 

Les pulls terminés ont tellement plu à Enzo qu’il m’a demandé de lui en faire un semblable. Je me suis déjà mise au travail.

A bientôt donc pour une petite couture!

Bonne semaine

 

Marie-Claire

 

Elle marie son fils

Mon amie Chantal a eu un mois d’avril bien chargé. Sa fille fêtait ses 40 ans et son fils dernier né se mariait quelques jours tard. Des trois enfants de mon amie, c’est ce dernier que j’avais le plus rencontré. Guillaume ( c’est son prénom) faisait partie de la bande de copains de ma fille, à l’époque de leur grande jeunesse. Les années ont passé, ma fille a fondé une famille et lui s’apprête, aujourd’hui,  à convoler en justes noces.

Convoler. Le verbe ‘convoler’ (en un seul mot !) vient du bas latin ‘convolare’ qui, en droit, signifiait ‘se remarier’, mais qui, par construction, aurait plutôt dû vouloir dire « voler avec, vers ou ensemble »

Convoler c’est donc voler avec, voler vers, voler ensemble. Quelle belle image pour parler du mariage!

C’est cette définition qui m’a donnée l’idée d’offrir aux mariés une petite création personnelle pour marquer l’événement. J’ai confectionné un grand oiseau.

Comme d’habitude je m’y suis prise au dernier moment et j’ai donc dû me dépêcher pour finir dans les temps. Mais au final tout s’est bien terminé.

J’ai d’abord imaginé le modèle dans ma tête et en regardant des images d’oiseaux sur Internet. Puis j’ai dessiné un patron sur du papier journal. Après cela il ne restait plus qu’à couper le tissu et à assembler les différentes parties.

Passage obligé: le remplissage de l’oiseau. C’est un moment que je n’aime pas beaucoup. Mais comme je n’avais pas le choix et je me suis mise courageusement au boulot.

1, 2, 3… voilà le résultat:

IMG_2407 (1)IMG_2418IMG_2414

IMG_2410

IMG_2411 (2)

Bonne couture à toutes!

Marie-Claire

Marionnettes de Pâques

Je cogite, je réfléchis, je pense, je compare, j’analyse et tout à coup elle arrive: la bonne idée!

C’est ce qui s’est passé pour pâques alors que je voulais faire un bricolage rigolo pour les enfants. J’ai eu envie de leur faire ces fameuses marionnettes, vous savez, celles qui se cachent et réapparaissent. du genre de celles-là:

d5fdf624295eb460e1ba8cb71f48d5f1d0776193

Je voulais des lapins portant leurs visages.

Première difficulté, trouver une jolie photo, bien lumineuse. C’est mon mari qui s’est mis à la tâche.

Le choix fait, il fallait imprimer ces portraits sur du tissu spécial « imprimante à jet d’encre ». C’est encore une fois mon époux qui s’y est mis.

Une fois imprimés, j’ai coupé les visages en laissant un petit bord à replier.  Puis j’ai fait le patron du lapin, soit le corps, la tête, le ventre et les bras et, à part, les deux oreilles. J’ai posé ces patrons sur du tissu polaire et j’ai coupé les pièces. Puis j’ai cousu chaque portrait sur le devant du visage.  Pas facile de faire un ourlet tout autour du portrait et de le coudre car ce tissu spécial est très dur. Je me suis énervée plus d’une fois! Ensuite j’ai cousu  le corps, sans oublier d’y insérer les oreilles légèrement rembourrées.  Ne restait plus qu’à ajouter une robe qui allait se fixer sur la « maison ». Quelques décos, une baguette de bois insérée et fixée à la colle et le tour était joué. Enfin presque…

J’avais l’intention d’utiliser les rouleaux de papier de toilette pour réaliser cette fameuse « maison ». J’ai vite constaté que la tête de la marionnette n’y entrait pas. Il me fallait trouver une autre solution. Je me suis rabattue sur un cône que j’ai dessiné et découpé dans du carton récupéré d’une boîte vide de  céréales.  Je les ai fermés, collés et recouverts de tissu. Ne restait plus qu’à installer la marionnette et fixer son corps au cône. Tout ce travail m’a pris un temps fou. Mais j’étais contente du résultat. Vous voulez voir?

Un peu de patience.

D’abord les cadeaux prêts à être distribués

                  IMG_2380  IMG_2384

IMG_2382  IMG_2381

 

Ta dam!

DSC_0690

Quatre sur six:

  DSC_0688                  DSC_0687

DSC_0691

DSC_0686

Bonne fin de semaine et à bientôt

Marie–Claire