Meli-melo

J’avais craqué pour un modèle paru dans « La maison Victor » septembre-octobre 2015 et qui s’appelle LOLA.

Au même moment la maison Louis Antoinette offrait, le temps d’un concours, un patron de robe « La Parisienne ».

Toutes les deux me plaisaient mais je ne pensais pas du tout que je serais condamnée à utiliser les deux patrons en même temps. Je vous raconte donc ma petite histoire.

J’avais recopié le patron de la robe Lola il y a un moment déjà, chez ma fille qui possédait ce fameux « La maison Victor ». J’ai fait ce relevé  avec difficulté, comme à chaque fois que j’utilise les patrons de ce magazine ou de ceux d’ottobre. Ce travail me demande une énorme concentration. Je ne trouve pas ces planches si claires et je regrette qu’à la suite de Burda il n’y ai pas eu de réel progrès à ce niveau-là.  Mais c’est mon avis et je ne prétends pas avoir forcément raison. Une chose est sûre, je m’arrache les yeux et les cheveux à chaque fois de peur de faire une erreur, de passer d’une taille à l’autre ou d’oublier un trait important.

Et c’est ce qui s’est passé avec la robe LOLA. Une fois ma robe coupée et épinglée, j’ai vu qu’il y avait un problème au niveau de la jupe. Et comme je suis une vraie flemmarde et ne fais jamais de toile préalable, il me fallait donc trouver moyen d’arranger la chose.

C’est là que j’ai pensé à la robe « La parisienne ». J’ai pris la partie jupe de ce patron et l’ai ajouté au haut de l’autre modèle. Quelques ajustements plus tard, la robe prenait forme.

Je pense toutefois que la robe LOLA mériterait d’être faite en tissu extensible. Elle serait plus confortable. Je ne suis pas sûre qu’un tissu lourd comme celui proposé par le magazine, soit le plus judicieux.

Voilà mon aventure couturesque!

DSC_0709  DSC_0707

DSC_0708

unnamed-1   unnamed

unnamed-4   unnamed-5

Bon début de semaine à vous toutes!

Marie-Claire