Il faut que j’en parle!

Il y a longtemps que je souhaitais faire un article sur le monde de la couture. A l’origine, l’affaire du ( des?) plagiat de l’entreprise  Aime comme Marie . Si vous n’en avez pas entendu parler je vous conseille vivement d’aller ici, ou encore ici. De nombreuses couturières-consommatrices se sont senties flouées. Pour preuve, la centaine de témoignages et d’explications qui se trouvent sur le site  www.theadandneedles.fr   où en 90 pages vous découvrez l’indignation de nombreuses personnes.

Cette histoire m’a décidée à parler.

Depuis quelques années la couture (mais aussi les les autres activités manuelles) a pris une ampleur incroyable. Cette envolée, inédite et inattendue, est passionnante. Grâce à Internet et aux blogs des passionnées ( oui ce monde est essentiellement féminin!) nous pouvons apprendre à coudre, nous améliorer dans le domaine et faire connaissance avec des milliers de personnes, venues des quatre coins de la terre, intéressées par la couture, comme nous.

La presse a pris le même chemin. Elle s’est considérablement enrichie dans le domaine. Avant il y avait Burda et… Burda. C’est tout. Aujourd’hui de nombreux magazines nous informent sur les tendances de la mode, sur les livres de couture, sur les techniques à maîtriser. La plupart  contient des patrons de vêtements et autres objets.

Dans un monde qui bouge, dans un monde qui inquiète parfois, coudre pour soi-même ou pour les autres donne confiance en ses possibilités. Dans un monde fortement marqué par l’argent et la performance, coudre est aussi un défi à la sur-consommation et le signe, parfois, d’un rejet face aux conditions de travail de celles ( oui, des femmes en majorité!) qui fabriquent les vêtements de nos grandes chaînes de magasins.

Toute chose a son revers.

Cet intérêt toujours croissant pour la couture a incité certaines à faire des affaires. Elles ont crée leur propre entreprise sur Internet et ailleurs. Elles vendent des tissus, des patrons qu’elles ont crées elles-mêmes (disent-elles!), des vêtements tout droit sortis de leurs mains et bien d’autres choses encore. Certaines sont plus ou moins connues, plus ou moins présentes sur Internet, Instagram ou Pinterest et… plus ou moins honnêtes.

Très visible partout sur la toile, « Aime comme Marie » ( volontairement je n’indique pas le nom de la personne) est l’image de la fille sympa, souriante et pleine d’idées. Son entreprise est connue loin à la ronde. Quand nous avons appris que cette cheffe d’entreprise n’était pas très honnête, nous nous sommes senties trahies. A juste raison. Certaines ont préféré nier le problème. Par attachement indéfectible à la personne ou par intérêt?

La grande majorité de celles qui nous offrent du rêve « couturier » , à travers leurs livres, leurs créations de patrons, leurs vêtements faits main, sont des femmes honnêtes, sérieuses et créatives. C’est par respect pour elles et pour vous toutes couturières-consommatrices que j’ai tenu à vous faire part de cette histoire.

Bonne semaine à toutes

 

Marie-Claire